Les sĂ©quelles du burn-out 📰

Les sĂ©quelles du burn-out 📰

Un burn-out n’est pas Ă  prendre Ă  la lĂ©gĂšre.

C’est une maladie professionnelle aujourd’hui reconnue et dĂ©finit par la Haute AutoritĂ© de la SantĂ© (HAS) :

« Le burn-out, ou syndrome d’épuisement professionnel dĂ©signe un Ă©tat d’épuisement physique, Ă©motionnel et mental qui rĂ©sulte d’un investissement prolongĂ© dans des situations de travail exigeantes sur le plan Ă©motionnel. [
] ConcrĂštement, face Ă  des situations de stress professionnel chronique, la personne en burn-out ne parvient plus Ă  faire face ».

Toute victime de burn-out doit apprendre à gérer sa maladie, doit prendre le temps de se soigner, de se reconstruire. Elle doit aussi intégrer qu'elle aura certainement des séquelles pendant un long moment, plusieurs mois, voire plusieurs années.

Les sĂ©quelles du burn out sont frĂ©quentes et il est important d’intĂ©grer ce point : mĂȘme si elles varient d’un individu Ă  l’autre, si tu es victime d’un burn out, tu ne peux pas parier sur le fait que tu n’en auras pas.

 

Les principales séquelles sont de 4 types : physiques, cognitives, émotionnelles et morales.

Séquelles physiques :

 Le burn-out peut laisser des séquelles au niveau du systÚme cardiovasculaire, des muscles et du squelette.

  • Au niveau cardiovasculaire : anomalies du rythme cardiaque qui augmentent le risque d’un accident vasculaire cĂ©rĂ©bral (AVC).
  • Troubles musculo-squelettes, douleurs musculaires liĂ©s Ă  des troubles du sommeil et une grande crispation due au stress. La mauvaise qualitĂ© de sommeil gĂ©nĂšre une grande fatigue physique qui peut impacter les muscles. Le surmenage peut engendrer une fatigue extrĂȘme dans tout le corps. Ce sont les symptĂŽmes du corps qui lĂąche.

Il est important d’intĂ©grer qu’aprĂšs un burn out, le corps a mĂ©morisĂ© les dĂ©gĂąts physiques auxquels il a dĂ» faire face pendant cette pĂ©riode. Ces douleurs et troubles vont donc persister dans le temps et peuvent devenir chroniques.

 

SĂ©quelles cognitives

Le burn-out peut avoir un impact sur le fonctionnement cognitif, que ce soit au travail ou dans la vie quotidienne :

  • Troubles de l’attention et de la concentration liĂ©s Ă  la fatigue
  • Troubles de la mĂ©moire : difficultĂ©s Ă  retenir, stocker et restituer les informations
  • Troubles de la logique

Lors de la période post burn-out, le malade doit désapprendre un certain nombre de fonctionnements et de croyances pour se libérer de ses comportements nocifs responsables de ce burn out.

Il doit ensuite intégrer de nouveaux processus pour adopter une posture qui lui permettra de réinvestir le milieu professionnel tout en se protégeant.

Cette pĂ©riode de transition est bouleversante sur le plan cognitif, car le cerveau s’accroche aux fonctionnements qu’il connaĂźt et a du mal Ă  accepter de nouveaux programmes. 

 

SĂ©quelles Ă©motionnelles

La difficulté à gérer ses émotions est majorée par la grande fatigue générée par le burn out. Irritabilité, colÚres, pleurs : les réactions sont incontrÎlées et exacerbées.

Certaines victimes de burn-out vivent un vĂ©ritable Ă©tat de stress post-traumatique : par exemple, si elles rencontrent un collĂšgue ou passe devant leur lieu de travail, elles peuvent basculer dans de fortes crises d’angoisse.

Attention, certaines personnes tentent de noyer leur surplus d’émotions dans des comportements addictifs (consommation excessive d’alcool, usage de cannabis, 
) ou se rĂ©fugient dans la nourriture (Troubles du Comportement Alimentaire : TCA).

 

SĂ©quelles morales

Le burn-out force Ă  repenser son rapport au travail, Ă  l’entreprise et Ă  la quĂȘte de sens.

L’une des sĂ©quelles morales est la sensation d’ĂȘtre un imposteur : la personne a le sentiment de ne pas ĂȘtre Ă  sa place, notamment au niveau de son travail ; elle ne reconnaĂźt pas son implication dans sa rĂ©ussite qu’elle attribue Ă  ses collĂšgues ou aux circonstances. Le doute la ronge chaque jour.

D’autant qu’elle a peur d’ĂȘtre dĂ©masquĂ©e, que l’on dĂ©couvre qu’elle n’est pas Ă  la hauteur, qu’elle n’est pas compĂ©tente, qu’elle n’a pas le niveau.

Ces symptĂŽmes risquent de persister si la victime de burn out ne fait pas un travail sur elle-mĂȘme, un travail de reconstruction qui lui permet de prendre conscience de ses potentiels, de ses capacitĂ©s ; un travail qui va nourrir l’estime de soi.

Ce travail doit ĂȘtre encadrĂ© par un vrai professionnel : il ouvre la porte aux questionnements, Ă  une critique de sa vie antĂ©rieure ; cette dĂ©marche peut ĂȘtre douloureuse, elle peut entraĂźner de la tristesse, de la culpabilitĂ©, de la colĂšre. Elle gĂ©nĂšre des questions existentielles dont la principale est : « Comment ai-je pu autant m’oublier ? »

Conclusion :

Un burn out met du temps Ă  s'installer, mais il met encore plus de temps Ă  se soigner.
Les séquelles ne sont pas sans conséquences sur la vie personnelle et professionnelle.

D'oĂč l'intĂ©rĂȘt de prendre son temps pour se consolider avant de se remettre sur le chemin d'une vie active.

Laissez un commentaire

translation missing: fr.blogs.comments.description

Veuillez noter que les commentaires doivent ĂȘtre approuvĂ©s avant d'ĂȘtre affichĂ©s