Le coaching comportemental et cognitif ūüďį

Le coaching comportemental et cognitif ūüďį

Le coaching cognitif et comportemental : une démarche puissante

Le coaching cognitif et comportemental découle des thérapies cognitives et comportementales ; il s'inspire des enseignements de l’Ecole de Palo Alto, fondée dans les années 1950 par l’anthropologue Gregory Bateson (1904-1980), et des travaux du psychanalyste-psychologue Paul Watzlawick (1921-2007). 

Ce coaching permet de :

  • lever les freins et obstacles int√©rieurs qui emp√™chent la personne de d√©velopper ses potentiels,
  • atteindre une situation d√©sir√©e¬†
  • vivre sa vie avec fluidit√©.

Le coaching cognitif et comportemental traite les freins intérieurs : les émotions inappropriées ou disproportionnées (peurs, colères…), les croyances limitantes, les pensées automatiques, les biais cognitifs, etc.

Cette démarche est particulièrement efficace, car toutes ces pensées parasites sont très pénalisantes pour la personne; elles engendrent des ressentis désagréables et envahissants, des réactions et comportements disproportionnés ou décalés…

Les points clé du coaching cognitif et comportemental :

  • ¬†nous construisons notre propre r√©alit√© en interpr√©tant √† notre fa√ßon les faits que nous observons;
  • nos probl√®mes¬†ne sont pas li√©s aux faits,¬†mais bien √† l‚Äôinterpr√©tation que nous faisons de ces faits;
  • nos probl√®mes sont donc cognitifs : ils sont directement¬†li√©s √† nos pens√©es dysfonctionnelles inappropri√©es. ils d√©coulent d'√©motions impropres, de croyances irr√©alistes, de biais cognitifs, de pens√©es automatiques;
  • nous pouvons changer ce qui d√©pend de nous, comme nos pens√©es dysfonctionnelles et inappropri√©es, par un recadrage et une flexibilisation cognitive et comportementale.
  • Nous captons un fait gr√Ęce √† nos capteurs sensoriels; cette image d√©pend de notre positionnement par rapport au fait, nous avons donc chacun notre perception d'un m√™me √©v√®nement.

    Nos √©motions jouent √©galement le r√īle de filtre : l'√©tat √©motionnel avec lequel nous recevons les faits influence la g√©n√©ration de nouvelles √©motions et la perception m√™me de ces faits.

    Notre cerveau va ensuite traiter les informations reçues pour les mettre en lien avec les informations déjà encodées en mémoire; là encore, le passé de chacun diffère, donc l'analyse de l'évènement sera propre à chacun.

    L'interprétation de la réalité est donc soumise à 2 types de subjectivité :  la subjectivité factuelle (on ne relève que certains faits) et la subjectivité d’interprétation.

    Changer ce qui dépend de nous 

    Face à un évènement, nous ne pouvons pas agir sur ce qui ne dépend pas de nous : les faits eux-mêmes.

    En revanche, nous pouvons agir sur notre interprétation de l'évènement, sur ce que nous décidons d'en faire, de l'importance que nous allons lui accorder, des pensées et discours que nous générons, des comportements associés.

    Le coaching cognitif et comportemental a pour objectif d’apprendre au coaché à :

    1. prendre conscience des éléments dysfonctionnels et contre-productifs de sa pensée ;
    2. comprendre et valider l’absence de bien-fondé et l'impact nuisible de ces éléments de pensée ;
    3. Les remplacer par d’autres éléments cognitifs, plus adaptés, porteurs et réalistes.

    La puissance limitante des croyances

    Le travail sur les croyances est un incontournable dans tout coaching.

    Les croyances se développent tout au long de notre enfance. Elles s'accumulent au fil des réflexions reçues, des injonctions perçues, des comportements que notre entourage a entretenus vis-à-vis de nous, en réponse à nos façons d’être et de faire.

    Ce sont des mini-théories que nous échafaudons à propos du monde, des certitudes (conscientes ou inconscientes) que nous portons sur nous, les autres et la vie.

    Une croyance se caractérise par le fait qu’elle existe indépendamment des faits qui viendraient la corroborer ou la démentir.

    On distingue deux types de croyances :

    • les croyances rationnelles (aidantes, conformes et adapt√©es au r√©el)
    • ¬†les croyances irrationnelles (contre-productives, non conformes au r√©el)¬†

    Les croyances sont puissantes pour 2 raisons :

    • elles sont le plus souvent inconscientes
    • elles g√©n√®rent des certitudes; or nous n'aimons pas remettre en question nos certitudes.

    Ces croyances nous amènent à poser un regard biaisé sur le monde, à développer des pensées et comportements nuisibles qui se retournent contre nous.

    Le pouvoir du coaching

    L'objectif du coaching est d'amener le coaché à prendre conscience de ses croyances limitantes pour les désamorcer.

    Le coach confronte les croyances du coaché à la réalité : preuves, respect des règles, ce qui est vrai ou faux... Le coaché posera si ses croyances sont justes, fausses, confirmées, infirmées.

    Il amène le coaché à prendre conscience de l'utilité de sa croyance (caractère aidant et avantageux) et/ou au contraire de sa contre-productivité (caractère non-aidant et désavantageux).

    Ensuite, le coach définira avec le coaché de nouveaux comportements positifs, porteurs, au service du coaché lui-même.

    Enfin, le coaché devra appliquer ces nouveaux comportements et les nouvelles croyances qui en découlent.

     

    Sens-tu un frein ou une peur qui t'empêche de te réaliser dans ta vie ?

    N'hésite pas à partager ton ressenti... et à me contacter pour en parler !

     

     

     

    Laissez un commentaire

    translation missing: fr.blogs.comments.description

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés